Photographes Nathalie et Jean-Claude Tichit. Les photos publiées sur ce site sont soumises aux droits d'auteurs. Pour nous contacter : nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Hirondelles rustiques de l'année 2013




Barn Swallow - Golondrina común
Hirundo rustica (Linnaeus, 1758); Hirondelle rustique


Ordre : Passériformes
Famille : Hirundinidés

Il y a 3 semaines, avant de partir, nous avons fait une dernière sortie au Bassin de Savigny. Une nouvelle famille de Grèbe s'y est montrée, en fait elle se trouve à l'opposé de la première, mais nous n'y étions pas allés. Celle-ci n'a plus qu'un poussin.

Ce soir là, le ciel était noir d'Hirondelles rustiques, Hirondelles des fenêtres et même quelques Martinets noirs. Le bonheur ! 
Ce sont elles qui nous ont amenés de ce côté du bassin. 
Oui, elles étaient bien là, encore mieux, il y avait les jeunes de l'année. 



Ces belles hirondelles volent aussi bien que leurs parents maintenant, 
mais elles ne sont pas encore capables de se nourrir seules.

À la sortie du nid, les jeunes restent dépendants des parents qui répondent à toutes leurs sollicitations. Cette dépendance durera de 8 à 10 jours chez l'Hirondelle rustique. C'est durant cette période que les parents nourrissent les jeunes et leur apprennent à chasser.
Le moment venu ils seront exclus du territoire. Cependant, la plupart d'entre eux ne s'éloignent guère de leur lieu de naissance, apprennent à le découvrir et se regroupent très souvent avec les autres du voisinage. (source : Les sentiers naturalistes. Les hirondelles, Jean Sériot et Diana Alvès, éd. delachaux et niestlé)






 Des forces, elles en auront besoin. 10 000 km, quelques semaines après leur naissance voilà ce qui les attend,
 avec tous les risques que cela comprend.  


Si des oiseaux de plus de 10 ans sont connus chez les hirondelles, nous savons qu'elles vivent au maximum 5 ou 6 ans. En effet dans la nature, elles rencontrent tout au long de leur vie de très nombreux périls dont la plupart sont mortels.

Des accidents naturels, comme beaucoup de petits passereaux, c'est la sélection naturelle. En France leur plus redoutable ennemi est sans aucun doute le faucon hobereau. Vient ensuite l'Épervier. Les rapaces nocturnes, eux, capturent pendant leur sommeil, les hirondelles rustiques remisées en dortoirs. En Méditerranée, s'ajoute le Faucon d'Éléonore.
Les intempéries ont aussi un impact considérable sur ces petits chasseurs. En migration, la moindre tempête peut occasionner de lourdes pertes. (source : Les sentiers naturalistes. Les hirondelles, Jean Sériot et Diana Alvès, éd. delachaux et niestlé)


À tout cela s'ajoute les activités humaines. À Malte le tir à hirondelles est encore pratiqué. 
Les accidents de voitures, la fermeture et disparition des sites de reproduction de plus en plus fréquents. 
L'emploi des pesticides par les agriculteurs qui affectent les adultes, ensuite les jeunes etc....












Souhaitons à ces adorables petits êtres vivants, 
à ces messagères du printemps de nous revenir 
saines et sauves l'année prochaine. 





Commentaires

  1. Belles série et beau rassemblement de ces jeunes...
    A présent, c'est rassemblement général pour le grand départ... bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  2. adorables ces petites hirondelles ! quelles difficulté pour rester en vie . la nature et l'homme sont bien cruels .

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Nath,
    Elles sont merveilleuses ces petites hirondelles !
    Contre les prédateurs naturels, même si cela nous peine, nous ne pouvons rien, c'est la chaîne alimentaire, mais contre les nuisances de l'homme c'est autre chose et là c'est le courage politique qui manque !
    Je regarde tomber la pluie...
    Gros bisous et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Nathalie,
    Très belle série photo et comme toi je leur souhaite de revenir saines et sauves au printemps.
    10 000 km! dur pour les jeunes.
    Bises et à bientôt
    Vincent

    RépondreSupprimer
  5. Coucou oiselle!
    Bravo pour ces superbes photos d'hirondelles, oui, elles auront bien du fil à retordre quand elles nous quitteront!
    C'est super vivant et adorable!
    Grosses bises et à la semaine prochaine! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Très belle série ! Eh oui, elles n'ont pas des vies faciles ! Et l'envol pour le sud est pour bientôt, souhaitons leur bonne chance, et bon retour ! Cdlt, M.

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Nath, une superbe série, il y a des photos qui m'ont bien fait rire.. elles ont du caractères ces petites hirondelles. J'adore la petite dernière toute calme, attend-elle le signe du départ!
    douce noirée à toi avec mile bisous

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Nath, quelle beauté de la nature ces hirondelles, tu as fait une très belle série. Souhaitons bonne chance à la nouvelle génération. Pour ma part, la santé ça va et le travail a très bien débuté. Bonne soirée, bises.

    RépondreSupprimer
  9. Hola bonitas fotos de las golondrinas y bonito blog.
    Un saludo.
    Juan

    RépondreSupprimer
  10. Super belle série avec les expressions différentes ! çà y elles se regroupent chez moi ! le voyage n 'est pas loin - Belle vacances et bonne semaine - Biz Pat

    RépondreSupprimer
  11. Hahahahaha!!!!!
    Quoi???
    Tu les as vus sans moi les cochons sur le balcon????
    Hihihi, je l'attendais celle-là, mais pas si vite!! MDR, tu es speed!!!
    Grrrr... tu es partie trop vite!!!
    Grosses bises oisellllllle!

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Nathalie, j'avais raté cette série... les hirondelles, elles se rassemblent actuellement car j'en vois sur les fils électriques tandis que les Martinets continuent à chasser inlassablement dans les airs ! J'aime beaucoup tes compositions, un réel plaisir d'admirer tes coups d'oeil. Gros bisous

    RépondreSupprimer
  13. Tes photos sont trop jolies. Je me régale !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés du mois