Photographes Nathalie et Jean-Claude Tichit. Les photos publiées sur ce site sont soumises aux droits d'auteurs. Pour nous contacter : nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Les nouvelles habitantes du refuge sous haute surveillance (phobiques des bzzz bzzz s'abstenir)



Nous avons récupéré un essaim d'abeilles il y a quelques jours. Très petit et très faible, dans un endroit insolite et cerise sur le gâteau, il se faisait attaquer par les frelons asiatiques. Si nous pouvons les sauver, elles seront bien mieux au refuge surtout que pour le moment seul Vespa crabo est présent chez nous.
 Nous ne devions redémarrer l'apiculture qu'au printemps 2015, nous voilà aujourd'hui avec une mission de sauvetage pour l'hiver.
Je parlais d'endroit insolite, il s'agit d'un bidon ... Les pauvres étaient au fond d'un jardin où elles prenaient la pluie et le fond du bidon grouillait de bestioles. Le voilà placé au fond du refuge, calé entre deux pins, orienté à l'Est.




Difficile pour elles d’atterrir sans pouvoir se poser avant de rentrer. Allez savoir pourquoi elles se sont mises là-dedans ?



Le soleil bien présent réchauffe l'entrée du bidon. Mais très affaiblies, durant deux jours, elles ne sortent pas.







Nous leur avons facilité l'atterrissage, avec une planche autour de l'entrée. Nous leur avons ensuite donné du miel sur une corde que nous avons fait pendre dans le bidon. Ni une ni deux elles se sont jetées dessus comme des goulues.







Aucun doute que nos abeilles étaient affamées.



Deux jours passés avec ce petit bout de corde leur ont redonné des forces. Elles commencent enfin à sortir, à découvrir leur environnement et repérer les lieux. Les gardiennes se postent à l'entrée et surveillent qui entrent, elles refoulent tout étranger. Pour continuer à les aider, nous plaçons un simple nourrisseur à l'entrée. C'est un peu la cohue.










Mais l'hiver arrive dans quelques mois. Nous devons laisser cet essaim dans le bidon car il est bien trop tard pour le transférer dans une ruchette. Après réflexion la construction maison d'un nourrisseur qui protégerait en même temps l'entrée est engagée. Il s'agit de créer une boite à deux compartiments, un pour le nourrissage et l'autre pour la circulation des abeilles vers l'extérieur adapté à ce fichu bidon ! C'est un franc succès, elles l'adoptent et la vie redémarre. Nous pourrons donc cet hiver y mettre les pains de candi Apifonda. ( Pâte souple de couleur blanche pour le nourrissement hivernal. Ne pas confondre le sucre candi en morceaux qui est un sucre bien plus dur et celui qui convient mieux aux abeilles qui est le sucre candi des confiseurs.)






Voici une prise de vue du nourrisseur avec explications. Le couvercle est bien sûr ôté pour la photo. La peinture grise est une peinture écologique pour la protection et la décoration des ruches, elle est microporeuse, antifongique et anticryptogamique. Sans solvant, diluable à l'eau et sans danger à la fois pour le peintre et les abeilles, cette peinture ne pollue pas l'environnement. (Achetée chez Api Distribution sur Bordeaux, seul fournisseur pour toute la région Aquitaine. Nous y avons aussi acheté l'huile de lin pour traiter nos nichoirs et mangeoires pour cet hiver)



  • A Plateforme d'envol
  • B Entrée et sortie vers le bidon
  • C Passage vers compartiment de nourrissage
  • D "Abreuvoir" pour nourrissage liquide
  • E Cloison amovible : présente pour un nourrissage liquide, enlevée pour une nourrissage solide
  • F Réserve pour le sirop ou pain de sucre


Publication JC et Nath
Photographe Nath

Commentaires

  1. C'est une belle action, bravo !
    Bon dimanche Nathalie :)

    RépondreSupprimer
  2. Bon jour Nath,
    Roooooooo là là, c'est génial !
    Non seulement le fait de les avoir sauvé, mais également le travail accompli, même si c'est avec une année d'avance sur vos prévisions.
    Trop bien, j'en ai des frissons de savoir que ces abeilles seront sauvées.
    Superbes vos petites fabrications artisanales pour que tout soit au point.
    Dis moi, s'il gèle, le bidon va les protéger suffisamment ?
    Cela dit, il sera toujours temps de l'entourer d'une protection... Mais je dis cela, je n'y connais rien à rien dans ce domaine.
    Bisous et bonne journée à vous deux. ici, on reste aux abris !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale.
      Oui tout est prévu pour le grand froid. Nous entourerons le bidon de laine de verre avec un coffrage en bois ;-)
      On verra au printemps mais on va les voir 10 fois par jour lol.
      Bonne journée au sec.

      Supprimer
  3. Bonjour Nathalie,
    Un article très intéressant sur le sauvetage de cet essaim. Heureusement pour les abeilles que tu as les connaissances nécessaires, elles sont dans de bonnes mains. Malin tes bricolages pour passer l'hiver, elle seront te remercier dès le printemps prochain.
    Bon week-end,
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Michel.
      C'est JC l'apiculteur. Moi j'assiste et apprends en même temps.
      Et c'est passionnant.
      Bon dimanche.
      Amitiés

      Supprimer
  4. Bravo à vous !!
    L'essaim est venu naturellement dans ce bidon ?
    Merci pour les explications - tu peux prévoir la ruchette plus vite que prévu et peut être d autres car je pense que des copines risquent de venir à proximité l'an prochain , attirées par la nourriture
    Bonne fin de week end

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique ! Vous leur avez confectionné une résidence de grand luxe ! A mon avis elles vont rester, bravo, et bon miel (l'an prochain) ! Cdlt, M.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis toute émue de ce reportage Nath. Vous avez fait un beau travail tous les deux. Au début je me suis dit mais s'il tombe des cordes, çà va remplir le bidon d'eau, puis au fil de l'article j'ai vu comme vous avez été malins.. de la belle ouvrage et vous aurez du bon miel et ce sauvetage est formidable.
    Bravo Nath et JC.
    Bonne soirée
    mille bisous
    chatou

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Nath, eh bien que de travail pour cette colonie d'abeilles qui a bien faillit disparaitre.... Merci pour elles.
    Bonne semaine, bises.
    Le berger de l'Ourbise.

    RépondreSupprimer
  8. Quelle idée elles ont eu de se mettre là-dedans ! Au moins, l'avantage c'est qu'elles sont au chaud dès que les rayons du soleil le touchent. Bravo pour ce sauvetage.
    Bises, Nath, et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme12/10/14

    quelle horreur, j'ai la super phobie des BZZZZZZ
    même si les photos sont belles, j'ai des frisons (pas de plaisir) et je saute partout rien qu'à regarder.
    c'est sur je n'irai pas au fond du jardin.

    RépondreSupprimer
  10. Alors tu ne viendras plus et tu n'auras plus de miel ! Na !!!!!
    Bisous quand même.

    RépondreSupprimer
  11. Supers Nath et JC !!
    Je me sens moins seul dans mes pirouettes adaptatives qui laissent pantois les regards normatifs...
    Ce n'est pas les BZZZ qui me donnent des frissons, ni la couleur du bidon, mais ce qu'il contenait : je ne doute pas que vous maîtrisez la question ?
    Car ce type de bidon abandonné peut avoir contenu les pires polluants...

    C'est important de partager ces expériences : dans le dialogue avec la nature, les possibilités de création par le génie humain sont infinies = vous encouragez les vocations !!

    Bravo et merci
    Passes une belle semaine
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hervé,
      Il est vrai que nous ne savons rien de ce bidon. Mais les abeilles étant de petites choses très fragiles de la nature, elles n'auraient pas tenu le choc s'il y avait eu le moindre danger.
      Ah on bosse comme on peut lol.
      Grand merci pour ton commentaire !
      Amitiés.

      Supprimer
    2. Bonsoir Nathalie,
      j’ai réagi immédiatement à ton aventure de « Bidon-ruche » ne serait-ce que pour inciter les personnes tentées de suivre votre exemple à être prudentes vis à vis de l’innocuité de l’objet détourné de son usage premier, pour devenir ruche (vraiment) accueillante…
      Belle fin de semaine aux « puristes » aventuriers !
      Amitiés

      Supprimer
  12. cet essaim vient d'arriver ? je croyais que les abeilles partaient en mai juin , c'est toujours à cette époque que je les ai vus .
    bravo pour ce sauvetage , elles sont en voie de disparition et c'est vraiment bien tout ce que vous avez fait pour les garder vivantes .
    j'ai un essaim dans mon toit mais impossible à atteindre et personne ne veut y aller , il va donc crever cet hiver et ce sera le deuxième . l'année prochaine , je vais trouver une ruchette au cas ou il en revienne .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ghislaine.
      Comme tu dis cet essaim n'est pas nouveau. Cela doit faire un moment qu'il était dedans.
      Pourquoi dis tu que ton essaim va crever ? Sous le toit il est à l'abri.

      Supprimer
  13. Quel bel article !! Bonjour Nathalie, photos et explications du plus grand intérêt... que d'activités au refuge mais elles laissent le temps de réaliser de très jolis clichés. La nature récompense toujours ses protecteurs, excellente continuation. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  14. Comme tu dis quelle idée elles ont eu de se mettre dans un bidon en plastique de surcroit !!
    elles ont eu du bol de tomber sur toi, je lis que Ghislaine à un essaim sur son toit et que personne ne veut y aller ??? Y'a sûrement une solution non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle pourrait contacter le syndicat d'apiculture de sa région.

      Supprimer
  15. Bravo pour ce sauvetage. Voilà quelques mois ajoutés à la vie de notre Terre.
    Excellent reportage
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour , vous avez fait une bonne action en sauvant cet essaim ,qui sans votre était voué à la mort .....Bravo...vous voila apiculteurs plus rapidement que prévu ....On en découvre des choses au coeur de la nature......Bisous à toi Nath ...amitiés à JC.

    RépondreSupprimer
  17. Et ben, ça c'est du sauvetage !
    Bravo.
    Belle fin de soirée.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  18. Anonyme15/10/14

    bonsoir Nathalie
    la on a un super article qui explique bien que toute personne peut aider nos butineuses.
    a refaire et donne nous d'autres reportages comme celui là !
    bravo a vous deux (pour le bricolage c'était casto bien sur ?)
    olivier H

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Nathalie,
    ces abeilles ont eu beaucoup de chance de tomber sur des être humains qui ce sont souciés de leur sort, un excellent reportage photo, les explications le complète bien, c' est beaucoup de réflexion et de travail mais vous devez être heureux et même fiers du résultat, en espérant que l' hiver leur soit profitable .

    RépondreSupprimer
  20. je ne sais pas si mon com est passé,alors je recommence.
    Bonjour Nathalie, je suis touchée de voir que certaines personnes se préoccupent du sort des abeilles. C'est génial de partager tout ça en détail avec nous. J'espère que l'hiver leur sera favorable. Ici, avec les hivers qui passent du grand froid au chaud, selon les années elles sont déboussolées et sortent dès que la douceur revient pour ensuite mourir par le froid qui se réinstalle. J'espère que cet hiver sera froid tout le long ou doux tout le long.
    Je passe toujours ici avec plaisir même si je ne laisse pas toujours trace de mon passage.
    Bonne journée.
    Val

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés du mois