Retrouvez toutes les publications du site en vous inscrivant par e-mail.


Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Merci de contacter les auteurs.
The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used. For more information, please contact the authors :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net

La jeunesse n'en finit pas au Refuge


Elles sont deux, parfois trois et ne nous quittent plus. Se retrouver nez à nez, ou nez à bec au détour d'un arbre ne les dérangent pas plus que ça. Mais l'idéal, c'est les laisser approcher du tracteur tout en étant derrière. Les affûts ne manquent pas.


Motacilla alba, Bergeronnette grise













La flore toujours aussi radieuse


Côté prairie, cela pousse encore, fleurit de plus belle ! Quel bonheur. 

























Côté plus sauvage, il y a de nouvelles arrivées.

Succisa pratensis, Succise des prés qui fleurit de juillet à octobre.
Nous sommes fin août, il est étrange de ne pas l'avoir croisée avant ?






Nouvelle bruyère également.
La Callune, "Bruyère commune", Calluna vulgaris. Celle-ci fleurit bien plus tard que la Bruyère cendrée (ICI), mais elle n'en est pas moins délicate. À voir si les insectes en sont aussi fous ?



Plante mellifère, la Bruyère commune est utilisée en apiculture car son nectar contient 24 % de sucre, principalement du saccharose, et chaque fleur produisant une moyenne de 0,12 mg de sucre par jour. Le miel de bruyère est caractérisé par sa texture gélatineuse. De ce fait il est très difficile à extraire des cadres lors des miellées artisanales (soit tout à la main. Page sur les miellées ICI)


Nous avons beaucoup plus de Bruyère cendrée sur la propriété que la commune, alors avec de la chance nos futures abeilles nous offriront leur miel avant la floraison de cette Callune.





L'heure du bain pour les Rougequeues à front blanc


Pour répondre à Hervé Martin, fidèle lecteur, la Drink Station n'est encore qu'au stade de plans. Les matériaux sont là, mais elle ne sera montée qu'à partir du printemps 2015. La saison ayant bien commencée à notre arrivée.

Alors en attendant, il n'est pas question d'oublier nos colocataires. Une soucoupe de pot de fleur sur une des poubelles servant à récupérer les pignes de pins. Certes peu joli, surtout quand on met la poignée de poubelle bien en évidence (très nul !)

Mais cela ne dérange en aucun cas les jeunes Rougequeues à front blanc pour le bain du matin. Autant les habitués de suite aux 5 étoiles pour les années à venir ! 


Il s'agit de deux jeunes mâles et de deux générations différentes


















Toc-Toc font les Sittelles torchepot


Ouvrir les volets et observer le bal des oiseaux au petit matin dans le bois du Refuge est un grand bonheur. Là, nous savourons notre chance tous les jours. Sauf peut-être lorsqu'il faut entretenir le bois... mais finalement même ces travaux n'ont que du bon. 

Alors quand on entend Toc-toc, on sait vite qui est là ! 


Sitta europea, Sittelle torchepot













Les quatre pattes sont partout


Les lézards des murailles sont partout. Les œufs qui incubent pendant deux à trois mois font exploser le nombre d'individus en juillet/août. Nous en avons une belle petite trentaine seulement autour de la terrasse. 

Podarcis muralis, lézard des murailles






Enfin, une bonne nouvelle. Très surpris et heureux nous portons une grande attention à d'autres jeunes. 

Lacerta bilineata, Lézard vert
 
Les lézards verts qui, eux aussi, sont sortis des œufs.
N'y connaissant rien du tout, ces jeunes de 7 cm environ ont l'apparence des femelles plus tard ou sont déjà des femelles.











Alors longue vie à nos petits lézards ☺


Les p'tites bêtes à l'intérieur de nos clôtures



Une, deux, trois..... elles sont partout, alors clic.... clic.... et clic .....
Ce n'est bien sûr qu'un tout petit aperçu.
Il me faudra un jour tout répertorier... il va y avoir du boulot.