Retrouvez toutes les publications du site en vous inscrivant par e-mail.


Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Merci de contacter les auteurs.
The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used. For more information, please contact the authors :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Fou de Bassan, troisième et quatrième année.


Et oui, on va jusqu'à 4 avec eux. ☺ Ensuite, les adultes !

Lors d'un article il était écrit dans un commentaire que mon AF en suivi dynamique fonctionnait très bien. Pour info et pour répondre, je n'utilise pas d'AF en suivi dynamique (terme Nikon je pense) ou mise au point continue (terme Lumix) pour photographier les oiseaux en vol.


Morus Bassanus, Fou de Bassan


Étrangement, les troisièmes années sont très peu nombreux. Voilà le seul individu que nous avons croisé.




Les autres individus sont de quatrième année, il existe deux variantes à cet âge là.









Parfois même le ciel ressemble à de grands boulevards, alors pour essayer d'en prendre un en particulier, on fait ce que l'on peut.














Sur la photo ci-dessus, voilà le parfait exemple d'une prise de vol sans mise au point continue. Je suis ce fou en vol depuis deux trois clichés mais je loupe la MAP, elle se fait sur la queue pour cette photo.




Publication Nath
Photographe Nath

Fou de Bassan, deuxième année sur l'eau


Après les vols des deuxièmes années, on a eu droit aux barbotages de certains.


Morus bassanus, Fou de Bassan

 Trop heureux d'en avoir un qui s'est posé près du bateau, JC d'un côté, moi de l'autre, on a joué avec lui. Et lui avec nous. Un coup à bâbord, un coup à tribord. À cet instant je plains juste ceux qui ont le mal de mer, car à l'arrêt c'est pire.

























Publication Nath
Photographes Nath et JC

Un tour avec la faune du refuge


 J'espère que tout le monde a eu du beau temps hier. Chez nous et comme tout l'été nous avons eu très très chaud. Jusqu'à 38 au soleil, alors pour une fois on a pris nos bask et on a filé. Mais pour cet article restons dans le refuge.
Nous voilà partis en exploration ou plutôt surveillance vers la parcelle laissée sauvage. Sauvage oui, mais pas abandonnée. Alors un tour de temps en temps voir si tout va bien par là-bas. Et oui, tout va bien pour certains au milieu des graminées sauvages.

Côté lépidoptères, fin de journée, soleil couchant et câlins.


Polyommatus icarus, Azuré commun
















Côté jardinage et amphibiens, voilà un crapelet qui pointe son nez. Très bien installé entre la terre et le muret on a fait connaissance et j'ai vaqué à mes occupations.







Côté rosiers, rencontre avec de fausses chenilles. Les larves des Tenthrèdes. Imagos de nombreuses espèces parmi les Hyménoptères formant le groupe des mouches à scie. Insectes ravageurs qui ne faisaient qu'une bouchée des feuilles de rosiers par exemple. 







Les insecticides  étant bannis, je suis partie en récolte à la main. Une fois les quelques larves réunies, elles ont finies tout au fond de la propriété et feront peut être le bonheur de quelqu'un d'ailé ou de rempant. 




Côté odonates, les Sympé ont décidé de venir à nous puisque nous ne sommes pas encore retourné à l'étang.

Sympetrum striolatum ♀







Mr Bourriquet, quant à lui toujours bien portant, apprécie de plus en plus nos discussions.  





Et Doudou dans le vent a une coupe d'enfer non ?



Publication Nath
Photographe Nath

Fou de Bassan, les deuxièmes années en vol


Morus bassanus, Fou de Bassan


Les oiseaux de deuxième année perdent peu à peu leur couleur noir au niveau du ventre, cou et tête. Mais comme vous vous en rendrez compte, les variantes d'un individu à un autre sont multiples. La période de ces changements s’étend de mai à octobre. Les plus blancs sont évidemment les plus vieux.




Vous reconnaissez certainement le Grand labbe en compagnie de deux deuxièmes années




Et ici un Goéland marin juvénile








un cadrage un fouilla serré ☺




Cadrage volontairement serré ☺ ☺










Publication Nath
Photographes Nath et JC