Les photos publiées sur ce site sont soumises aux droits d'auteurs. Pour nous contacter : nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Premières nichées 2016 : bilan et photos.


Pour les personnes  pressées de partir et qui ne liront pas l'article, je les rassure il y a quelques photos ;-)


Le 31 mai 2016 le dernier envol a eu lieu, mettant fin aux premières nichées 2016. Dans l'ensemble c'est une excellente cuvée. 


Premières nichées 2015 :  4 nichoirs occupés sur 6.     2 abandons.    9 envols sur 15 jeunes.
Premières nichées 2016 :  9 nichoirs occupés sur 11.   1 abandon.   31 envols sur 31 jeunes.


2015
Mésange charbonnière :    9 envols        
Mésange bleu               :    0



2016
Mésange charbonnière      : 19 envols
Mésange bleue                  :  3 envols
Rougequeue à front blanc :  7 envols
Sittelle torchepot               :   2 envols


Nichées Huppe fasciée 2015 :  2 envols sur 2 jeunes.
Nichées Huppe fasciée 2016 :  2 envols sur 4 jeunes.


Le dernier oisillon à quitter le nid fut la quatrième petite huppe, notre petite dernière. Un drame s'est abattu sur cette jolie petite famille qui a fait la une sur les deux réseaux sociaux d'ornithomedia et sur le site  faune charente-maritime. Trois jours de surveillance presque non-stop et le jour où nous devons nous absenter c'est le drame. En faisant un tour du refuge à notre retour je suis sur tombée des plumes de huppe neuves mais surtout, encore dans leur tube... Je pense de suite à un accident après l'envol. Je cherche plus et arrivée à quelques mètres du toit c'est l’hécatombe. Des plumes tapissent le sol, duvet, rectrices et huppes. À côté du tas de bois un petit corps gis. Premier choc ! Je continue, je me baisse et sous la benne, deuxième choc, un deuxième corps gis. Les deux sont dépouillées de leur tête et de leur plumes. Tout nous passe par la tête au milieu de l'incompréhension, de la colère et de la tristesse. Pie, fouine, chat ? À part la pie, fouine et chat sont absents en pleine journée. Je rassemble les deux petits pour aller les enterrer au fond du refuge quand j'entends un adulte au-dessus de ma tête. Un jeune est avec lui. Un a survécu ! 
Mais il en manque un.... Le lendemain matin, plus personne, plus de jeune, plus d'adulte, mais des piaillements sous le toit. Il en reste donc un. Alors que personne ne vient le nourrir en milieu de matinée un adulte arrive. Le nourrissage dure 4 jours de plus par le même adulte et toujours aucune trace des deux autres membres de la famille. Mardi 31, de bonne heure je jette un œil. Belle surprise, les deux adultes sont là avec la rescapée ! La famille est réunie pour l'envol de la dernière, amusant non ? 11h, c'est le grand départ. La retardataire quitte enfin la toiture et attend sagement la becquée dans les pins. Mais elle appelle, appelle et attire un geai qui s'approche dangereusement d'elle, alors que ce sont des oiseaux qu'on ne voit jamais chez nous. Peu d'hésitation de notre part, on le chasse. Alors ce serait-ce déjà un geai qui aurait tué les deux premières huppes ? 
11h30 un adulte vient la chercher et l’entraîne dans les bois de chênes, en dehors du refuge mais en passant devant nous. Dernier coup d'œil échangés, un au-revoir de la main avec la gorge nouée, les yeux humides et un pincement au cœur. "Bon voyage petite huppe avec les tiens"

Après cette larme, quelques photos des jeunes, enfin ! Les Rougequeues à front blanc au nombre de 7 sont partis en deux temps. Le soir puis le matin. Ils sont restés une journée au refuge puis plus personne. Même scénario pour les sittelles et mésanges. Les parents amènent tout le monde dans les bois, bien cachés puis nous les ramènent à la maison une fois bien grandis. C'est notre deuxième récompense après toutes ces nichées réussies. 

Rougequeue à front blanc
Phoenicurus phoenicurus, Common redstart







Capture de la vidéo où l'on peut voir les 7










Si les jeunes Rougequeues à font blanc ne sont plus là (en vie ailleurs espérons-le) les oiseaux sédentaires des premières nichées sont revenus avec leurs progénitures bien bruyantes et déjà bien à l'aise chez nous. J'en profite avec ces quelques clichés malheureusement sous la grisaille de la semaine.

Sittelle torchepot
Sitta europaea, Eurasian nuthatch

Les jeunes sittelles sont encore bien pâles et toutes ébouriffées.






Mésange charbonnière 
Parus major, Great tit

La pâleur est aussi de mise chez les charbonnières, le bec est encore clair et pas entièrement formé.




La curiosité est au RDV.





Mésange bleue 
Cyanistes caeruleus, Blue tit


Chez les petites bleues le bleu de la calotte et du dos est plutôt grisé, le jaune un peu sale.





Dernière nouvelle et pas des moindres. Hier matin notre couple de huppe est revenu. Chant et cris d'excitation, l'un sur le pin le plus proche, l'autre à l'entrée du nid ...Vont-elles nous offrir une deuxième nichée cette année ? Il est vrai qu'il y a un mois d'avance sur 2015, alors pourquoi pas ? Attendons voir... 

Commentaires

  1. Comme tes photos sont belles ! Je commence bien mon dimanche matin avec toi ...
    Ces petits pelucheux sont attendrissants. Longue vie à eux et bravo à toi pour ces clichés si nets. Bises

    RépondreSupprimer
  2. et bien cette histoire est triste mais captivante , on commence à lire et nous voilà pris dans la lecture jusqu'au bout et le sauvetage du dernier, belle fin malgré l'absence des autres oisillons.
    bises et a bientôt
    lyly

    RépondreSupprimer
  3. Superbes oisillons ! Cette année je n'ai pas pu surveiller les petits rouge-queues pourtant il reviennent chaque année, nicher à la grange, et d'autres oiseaux dans le jardin, j'espère en tout cas qu'ils ont pu éviter la grêle !
    Bises Nath

    RépondreSupprimer
  4. Je reviens pour dire que j'en serais malade de voir un tel carnage ! Une année ce sont toutes nos kinettes qui sont passées de vie à trépas en une nuit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que tu me traduises kinette ;-)) lol

      Supprimer
  5. Des oiseaux ordinaires mais tellement beaux!!!Jolies photos!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ordinaires mais c'est bien grâce à cette nichée que je peux photographier de sittelles juvéniles.
      Merci Michel.

      Supprimer
  6. quelle belle histoire et quelles belles et tendres images... j en suis toute retournée... merci madame... bizzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun son point de vue, je ne la trouve pas forcément par certains détails. Mais il y a plus de positif que de négatif :)
      Bises

      Supprimer
  7. Hello. It was a pleasure to watch your photos. Thank you .

    RépondreSupprimer
  8. Magnifiques tes photos un réel plaisir tous les jours

    RépondreSupprimer
  9. tous des voraces ...
    je n'ai pas de rougequeue, c'est bien dommage
    par contre, ça piaille dans tous les sens aussi dans le jardin
    Superbe série j'adore
    bon dimanche, ici c'est soleil sur la cote de Jade

    RépondreSupprimer
  10. c'est vrai qu'on a le coeur serré en lisant l'histoire des Huppes fasciés; et je souhaite qu'il n'y ait plus de drame et de prédateur si elles font une nouvelle nichée; merci pour les nouvelles de tes autres pensionnaires et pour les belles photos; bisous d'amitié

    RépondreSupprimer
  11. Great account, Nathalie. I can appreciate your anger and sadness, but nature is not always kind when we impose our moral standards on it. Great reporting.

    RépondreSupprimer
  12. La vie n est pas facile non plus pour la petite faune. Que l histoire des petites est triste je comprends votre peine heureusement un petit est sain et sauf. Je pencherais plutôt pour la fouine qui arraché la tête.
    Pour vous consoler de belles nichées cette année. Merci pour ces belles photos attendrissante. Gros bisous et bon début de semaine. Chatou

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Nath et JC, bien belle histoire de huppe mais un peu tristounette, la nature est parfois cruelle et elle ne fait pas de cadeau.
    Bonne semaine, bises.
    Le berger.

    RépondreSupprimer
  14. bien triste pour les petites huppes , le Geai peut bien être le coupable :(

    RépondreSupprimer
  15. Moi aussi j'ai une larme à l'oeil en te lisant :(
    C'est possible que ce soit le geai. Une fois, j'ai entendu les merles crier et j'ai vu le geai se poser dans le cerisier à côté de mon jardin avec dans ses pattes un bébé merle. C'est très dur à voir.
    Dans l'ensemble ton bilan est très positif, on aimerait qu'il le soit à 100% mais cela est difficile.
    Merci pour tes photos Nath et pour les résultats toujours intéressants de cette première nichée.
    Bises, bonne soirée

    RépondreSupprimer
  16. Dearest Nathalie,
    What a joy for being able to photograph a happy bird family!
    All young birds are fun to watch as they grow up.
    Hugs and happy June!
    Mariette

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Nath,
    La loi de la nature est aussi cruelle, comme pour les hommes elle ne fait pas toujours dans la dentelle, dommage pour ces bébés, j'espère qu'il y aura une autre couvée.
    On se console avec cette très belle série avec de belles attitudes, entendre brailler ces petits doit et voir les premières scènes de vie doit être un. vrai régal
    Plein soleil dans le Sud, le clown se partage entre ses pitreries habituelles et faire le lézard au frais.
    Bizzz et belle semaine Nath.

    RépondreSupprimer
  18. Quelle série adorable !!! Ils sont tous plus mignons les uns que les autres. Bien triste, cette histoire de petite Huppes. Ce serait une belle compensation pour vous s'ils nichaient de nouveau.
    Bises à vous deux et bonne soirée.
    P.S. : J'ai renommé le Crocothémis écarlate en Sympétrum sanguin. J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
  19. quel dommage pour ces petites huppes qu'on avait vues dernièrement .il y a eu bien des nichées cette année , c'est que la maison est bonne .

    RépondreSupprimer
  20. Désolé d'entendre parler des pauvres Huppe.
    photos fabuleuses de la famille Rougequeue Nathalie.
    bises.
    Voir que je lis le texte.{:))

    RépondreSupprimer
  21. Quelle tristesse ces nouvelles des petites huppes, elles étaient tellement craquantes ! La nature est bien cruelle, ce matin j'ai découvert un bébé chouette hulotte mort dans la petit bois de notre refuge. Pas de blessure apparente, a-t-il été victime des intempéries ou de la faim ?
    De mon côté je vois aussi beaucoup de geais traîner près des nichées, mais c'est quand même bizarre pour un geai d'avoir mangé seulement la tête ...
    Les rougequeues à front blanc sont très mignons, très belle série qui fait bien ressortir leur plumage moucheté. Espérons qu'ils s'en sortent maintenant qu'ils sont envolés. La saison n'est pas finie, je suis sûre que tu nous présenteras prochainement d'autres petites boules de plumes ! Je t'embrasse. Régine

    RépondreSupprimer
  22. Anonyme10/6/16

    Superbe article! En plus les photos sont très nettes.

    RépondreSupprimer
  23. Re coucou Nath,
    Bon mes neurones ne sont pas encore tous remis à la bonne place, alors je ne lis pas, je ne vais rien retenir ;-(
    Je me contente d'admirer tes photos, et là je me régale les yeux, et forcément le reste suit.
    Merci et gros bisous

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés du mois