Retrouvez toutes les publications du site en vous inscrivant par e-mail.


Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Merci de contacter les auteurs.
The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used. For more information, please contact the authors :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Une histoire de destin ? (Monticola saxatilis)


Nous sommes partis dans les Baronnies pour y faire les Vautours fauves, mais pas que. Nous voulions aussi y trouver certaines fauvettes peu voire absentes de notre région Ouest, ce qui fut aussi le cas. Mais nous avions aussi hâte d'y rencontrer deux autres beautés aviaires. Le Torcol fourmilier Jynx torquilla pour JC et le Monticole de roche Monticola saxatilis pour moi. Chacun le sien. Tous deux y sont présents et déclarés nicheurs sur le plateau où nous avons passés presque toutes nos journées ou au moins quelques heures soit en matinée soit en fin de journée.
Les vautours et les fauvettes sur les cartes SD, nous nous concentrons sur les autres. Le dernier jour arrive, toujours pas de torcol ni de monticole et nous jonglons avec les averses ce jour-là mais la météo nous promet de belles éclaircies vers 16h..... étrange ! Soit. Nous attendons en crapahutant au milieu des vergers, des monticules de pierres et autres végétations typiques du coin. Nous scrutons toutes les cavités à la recherche du couple de torcol signalé.... rien. C'est ainsi. Assis sur un banc en bois nous nous voyons repartir sans les deux oiseaux qui nous faisaient tant envie quand un individu sort des herbes un peu hautes à nos côtés pour aller se poser sur un toit à 50 mètres environ. Qui est-ce ???
Un coup dans les jumelles et après un seconde d'espoir sur le torcol, je reconnais une femelle monticole de roche ! La voilà enfin suivie de monsieur !!!! Un régal, qu'ils sont beaux.

Monticole de roche
Monticola saxatilis, Common Rock Thrush


Le mâle reste assez loin et ne tient pas en place. La femelle, se nourrit au sol au milieu des herbes et ronces, elle me montre que son plumage lui vaut un bon camouflage. Elle ira se poser un long moment sur la croix du plateau pour mieux me surveiller certainement. Tranquillement, j'ai pu lui tourner autour, elle-même faisant pareil. J'ai abandonné avant elle et nous avons quitté le coin heureux qu'ils soient tous les deux venus à nous.




















Vautours fauves (Gyps fulvus) et Martinets noirs (Apus apus)



Les yeux rivés vers le ciel et remplis d'étoiles même en plein jour, des planeurs déployant leurs ailes et cherchant les ascendances nous émerveillent. Le matin ou le soir il suffit de chercher les zones blanchies par les fientes des Vautours fauves pour y trouver un groupe. Mais le plus beau est de les voir passer au-dessus de nos têtes, devant le nez et sous nos pieds. Avec un vent à nous faire tanguer, on est parfois mieux assis ou même, allongés sur les rochers et on observe. Sans un bruit ils passent et repassent. La colonie de Vautour Fauve du Parc naturel régional des Baronnies provençales compte aujourd’hui plus de 150 couples reproducteurs. C’est la plus importante colonie de l’arc alpin.

 Vautours fauves 
Gyps fulvus, Griffon Vulture




















Martinet noir
Apus apus, Common Swift


Les Martinets noirs nous narguent et planent face au vent. Mais bien plus rapides et bien sûr beaucoup plus petits avec deux mètres en moins d'envergure, l'histoire n'est pas simple.










Milan noir et son histoire de poisson


Milan noir
Milvus migrans, Black kite





Le deuxième individu du couple vient se percher, un poisson dans les serres de la patte droite.













Nous ne savons pas ce qu'est devenu le poisson. La suite de cette histoire sera celle de votre imagination ;-)

Promenons-nous au refuge


La vie au refuge ne connait pas de temps mort. Soleil ou grisaille, peu importe. Un petit quelque chose devient vite source de bien être comme nos petites chéries Huppes fasciées qui s'installent petit à petit sous la toiture. Nous attentons avec impatience les nouveaux petits. Le tas de mulch a toujours autant de succès auprès des tritons. Les grosses crapotes sortent de leur sommeil hivernal. Le couple d'Hirondelle rustique a lui aussi repris possession des lieux. Deux Pies bavardes sont apparues d'on ne sait où et semblent se plaire sur les lieux malgré l'intimidation des tourterelles turques. Fritillaires et orchidées tapissent le sol et nos massifs aménagés sont bien colorées. Les jeunes Merles noirs ont été assidus et se débrouillent maintenant seuls pour trouver les lombrics sous terre. Parfois une timide Grive draine se montre sous une brande. Un couple de Rougequeue à front blanc se taquine et les taupes .... aaaah les taupes ! Elles ont repris du service !!!


Huppe fasciée - Upupa epops





Triton marbré - Triturus marmoratus


Hirondelle rustique - Hirundo rustica






 Pie bavarde - Pica pica




Merle noir - Turdus merula juvénile des premières nichées




Merle noir - Turdus merula ♂


Grive draine - Turdus viscivorus






Rougequeue à front blanc - Phoenicurus phoenicurus ♂


Rougequeue à front blanc - Phoenicurus phoenicurus ♀