Retrouvez toutes les publications du site en vous inscrivant par e-mail.


Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Merci de contacter les auteurs.
The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used. For more information, please contact the authors :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Vanneaux, pintades et bucorves



Nous changeons de gabarits avec les oiseaux qui suivent. Si la Cisticole des joncs fait sa petite boule au milieu des herbes hautes, les Bucorves du Sud et les Pintades de Numidie paraissent bien plus gros même si leurs apparences restent quelque peu trapues. En revanche les Vanneaux éperonnés se tiennent bien droits et hauts sur pattes. 

Oui je sais, nous devions vous emener trainer autour des marais, mais les oiseaux sont partout, comment faire autrement ? ^^ ☺ Mais la patience paye toujours.



Arbres pour rapaces, herbes pour passereaux


Nous ne quittons pas encore les oiseaux de "terre" même si nous sommes impatients de voir les oiseaux d'eau. Mais nous sommes impatients de tout à cet instant, alors nous continuons avec les oiseaux présents devant nos yeux. Après les rapaces aux fonds de ciel bleu, voici les passereaux aux fonds d'herbes. Traquets, alouettes et sentinelles vivent et se nourrissent au sol.






En direction du marais


Les Grues royales photographiées,  chacun reprend son chemin, enfin nous surtout, car les grues n'ont pas vraiment de direction en tête.  Elles se contentent de manger ce qu'elles trouvent sur le chemin faisant partie de leur territoire, assez grand pour un couple. Insectes, batraciens, reptiles, graines et jeunes pousses.

Notre chemin est celui qui mène au marais. Ruto veut nous emmener prendre le petit déjeuner au bord des zones humides où nous pourrons descendre du 4x4 sans danger et observer notamment, les Jacanas à poitrine dorée. Notre pisteur ne fait pas que voir les animaux, il devine aussi nos envies et se trompe rarement.



Ce n'est pas le Père Noël, mais elle est royale !


Mercredi soir, France O proposait dans son magazine Investigations, un documentaire sur les safaris en Afrique du Sud. J'ai quitté l'émission au bout d'une petite demi heure pour confirmer que ce pays est bien pourri et que les Sud Africains (pour la plus part descendants des Afrikaners) sont des immondes personnages. Le parc Kruger ressemblant au réserves africaines de France avec ses routes bétonnées, non merci ! Sans parler de l'élevage des lions pour les relâcher dans la "nature", drogués et pistés, pour que de riches Sud Africains viennent les chasser le week-end et repartent avec leur trophées. Mais les Français ne sont pas en reste. 4000 € pour tuer, 4000 € pour rapporter le trophée en France, mais SURTOUT NE PAS LE MONTRER SUR INTERNET ! Telle est la demande des propriétaires des réserves privées africaines. Quand aux safaris photos.... c'est pas mieux. Captures d'animaux sauvages, ventes aux enchères pour les mettre dans des réserves privées et promettre aux touristes de belles rencontres. Voilà le genre de safaris qui nous dégoûtent ! Encore une fois l'équipe de Tony, (l'amoureux des chats) est bien loin de tout ça.


Petits et gros


Après le meeting des gazelles, le Roi et sa reine paisiblement couchés au soleil, nous reprenons doucement le chemin des explorations. Doucement oui, parce que pour tout vous dire, il ne faut pas aller bien loin pour refaire quelques photos. Alors juste sur la gauche des lions, l'entrée d'une forêt se dessine. Et oui, après les marais, la savane possède aussi son biotope forestier fermé. C'est à peine croyable. 7h29, le soleil présent depuis un peu plus d'une heure commence enfin à nous réchauffer. Les écharpes et polaires se retrouvent vite sur les sièges libres du 4x4. Mais c'est sans compter sur les 3 autres couches de vêtements qu'il nous reste. Et dire qu'à 11h, on ne tient pas au soleil ! 



Deuxième jour pour un Game drive ensoleillé

Kenya : jour 4
Game drive 2


La première nuit au camp de brousse fut courte et peu reposante. Les hippos ont exprimé leur joie de pouvoir sortir de la rivière la nuit et de brouter la bonne herbe masaï. Lever 5h pour attaquer de bonne heure et retrouver la faune africaine, même si en ce qui me concerne j'ai passé la nuit avec tous ceux que nous avions croisés la veille. La fatigue ne nous angoisse pas trop, on aura bien le temps de se reposer.





Fin du premier game drive


18h et quelques minutes, notre premier game drive touche à sa fin. La luminosité en cet après midi pluvieux ne nous a pas offert les couleurs que nous espérions mais qu'importe, toutes ces espèces sont bien plus. Nous avons déjà hâte d'être au lendemain pour les retrouver tous, autour de nous, sans rien d'autre. Mais chaque chose en son temps, il y a des batteries à recharger au camp et des sauvegardes à faire. 




Zébrures et feuilles de vigne


Sur l'article des lions, j'ai écris que peu d'animaux étaient présents lors de notre premier game drive. En fait, nous avons vu tellement d'espèces animales les jours suivants, sous un superbe soleil (la chaleur étouffante avec) que j'avais presque oublié cette première sortie en savane. Rien de comparable certes, mais quand on découvre ces endroits pour la premières fois, tout, même les zébrures d'un Zèbre de Grant et les taches en formes de feuilles de vigne de la Girafe Masaï semblent magiques. 


La famille royale de la savane


Même si certains oiseaux nous donnent beaucoup de joie et de bonheur, être face à la famille royale, le roi de la savane, est à mille lieues de ce que l'on pouvait s'imaginer ressentir. Ils sont là tous les deux, mâle et femelle, couchés et paisibles en plein milieu de leur immense espace de vie, quoi de plus naturel ?! Avec la grosse averse que nous avons essuyée, le jour n'est pas à la chasse pour eux. Antilopes, Impalas, zèbres ou autres ne sont pas très actifs. C'est vrai que les animaux sont peu nombreux autour de nous durant ce premier "game drive". Et une chasse ça se prépare ! Alors c'est le repos complet pour cet après-midi.



Birds and marsh


Ah, aller traîner autour des marsh du Mara... Il y a certains mots anglais qui ressortent très vite même une fois rentrés. Marsh pour marais. Combien de fois avons-nous dit ce mot ? C'est une partie de notre coffre-fort ornithologique. Notre Ruto l'a vite compris, on est dingues des piafs ! Alors oui, lions, guépards, léopards, éléphants etc, on en veut .... Mais priorité aux plumes ^^ !

Voilà par exemple une partie de la savane que nous ne soupçonnions pas car jamais visible sur petit écran. Un marais au milieu de la savane. Un ? Que dis-je. DES marais au milieu de la savane et en saison des pluies une très grande partie de ces milieux est inaccessible même avec les meilleurs 4X4


Game drive 1, suite


La pluie cesse et pour tout vous dire elle nous a laissés tranquilles jusqu'à la fin du séjour, à part quelques grosses averses par-ci par là. La petite saison des pluies aura eu deux semaines de retard. Alors le ciel est encore bien chargé pendant notre premier game drive mais qu'importe. Le silence, la vie sauvage, les paysages nous font oublier tout le reste.



Un Game drive sous la pluie


Nous sommes arrivés en camp de brousse, nous avons bien déjeuné, fait quelques jolies photos, nous attendons maintenant avec impatience notre premier game drive avec notre cher Ruto. Dans la tente, on regarde aussi le temps qui se couvre. Tout devient vite noir et .... c'est la panique ! Les pluies. Notre séjour coïncide normalement avec ce que l'on appelle "la petite saison des pluies" qui dure 3 à 4 semaines en novembre. Sylvie, la femme de Tony au camp depuis plusieurs semaines, nous a dit qu'il n'avait pas plu depuis longtemps. Il n'a pas plu depuis longtemps ??? Alors c'est pour notre tronche ??? Nous n'avons pas le choix de toutes façons, nous partons donc pour l'après-midi. Et comme au Mara, Hakuna Matata, on se réjouit de faire des photos de la savane sous la pluie.
(Hakuna Matata est issue de l'expression kiswahili hakuna matatiso, signifiant qu'il n'y a pas de problème)

Les plumes du camp Mara


Le déjeuner est avalé dans une ambiance joyeuse avec d'autres photographes déjà présents sur le camp, nous allons chercher nos appareils pour profiter maintenant des plumes du camp. Le soleil tabasse (pas pour longtemps), il fait chaud, les oiseaux viennent se baigner et se mettre à l'ombre, mais pas trop loin de la tente restaurant pensez donc !



À côté coule une rivière, la Mara


Arrivés à l'heure au camp et accueillis par le personnel local habillé en Masaï pour l'occasion, on nous présente les lieux. Tente restaurant où les Bulbuls de Dodson viennent picorer dans vos assiettes, tente "salle de presse" avec fauteuils pour se reposer, tables et de quoi charger et recharger indéfiniment les batteries ou transférer les photos (nous sommes chez les pros de la photo animalière ne l'oublions pas), douches extérieures alimentées par un gros ballon en plastique, l'eau est donc à température ambiante.... autrement dit très très chaude, toilettes sèches et tentes perso. Les dernières consignes générales : toujours fermer les moustiquaires jour et nuit (surtout la nuit) et ne plus sortir de la tente une fois le repas du soir terminé, surtout quand un lion s'aventure dans le camp. Quoiqu'il en soit, les gardiens Masaï montent la garde la nuit.


MASAI MARA GAME RESERVE. Nous voilà !


Kenya : jour 3

Nairobi, 7h du matin devant la porte, nous attendons Simon Chebon, associé kenyan de Tony Crocetta. Puisque nous ne suivons pas à proprement parlé les circuits créés par Tony et que le "sur mesure" existe, Simon vient nous chercher à domicile. C'est la grande classe de Melting Pot Safaris. Il nous faudra un peu plus d'une heure pour sortir du centre de Nairobi (éternels embouteillages) et nous laissons Simon au niveau d'une station essence à Karen où notre 4x4 privé nous attend avec un chauffeur. Waouw, qu'il est beau avec ce Jabiru d'Afrique comme logo, Tony's bird comme disait notre chauffeur pisteur. C'est parti pour la route du Masai Mara, petite sœur du Sérengenti en Tanzanie. 5h pour découvrir les paysages du Kenya. Trois heures sur de superbes routes goudronnées avant de prendre LA fameuse et unique piste, mais dommage car le 4x4 est bridé à 80km/h.  


Aigle huppard Lophaetus occipitalis Long-crested Eagle


Le premier rapace que nous prenons en photos au Kenya est ce fabuleux Aigle huppard. Ces clichés qui nous plaisent énormément viennent clôturer notre sortie en famille dans Karura Forest. C'est aussi notre dernier jour sur Nairobi, certes ce n'est que le deuxième mais ce sont deux jours bien remplis avec déjà 16 coches. Nous reviendrons sur Nairobi dans 15 jours après nos game drive et boat trip que nous attendons avec impatience et qui sont très loin de ce que nous imaginons ! La savane nous attend, les poilus avec. Certaines peuvent s'en réjouir ;-)




Dendrocygne à dos blanc Thalassornis leuconotus White-backed Duck



Canard à dos blanc comme le nomment les anglophones serait plus approprié. Quand on compare le genre Dendrocygna à côté de celui-ci, on cherche les ressemblances. Mais cela fait partie des étranges taxons français. On le nomme aussi Érismature à dos blanc pour les quelques ressemblances morphologiques qu'il peut avoir. Donc ce sera Dendrocygne à dos blanc seul représentant du genre Thalassornis. 





Ibis sacré Threskiornis aethiopicus African Sacred Ibis



C'est avec joie que nous photographions nos premiers Ibis sacrés du Kenya. Une jolie mare couverte de-ci de-là de nénuphars roses, quoi demander de plus ? Ah si ! Un jeune de l'année qui accompagne ce couple SVP. Et bien c'est fait aussi ☺Sur l'autre rive un juvénile débute une vie tranquille sous l'attention des parents.