Retrouvez toutes les publications du site en vous inscrivant par e-mail.


Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Merci de contacter les auteurs.
The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used. For more information, please contact the authors :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Rollier et Cie



Décidément, la forêt n'est pas pour tout de suite.

Nous sommes bien sur la route pourtant et on y va, c'est certain ! Mais le chemin emprunté regorge aussi de petites merveilles aviennes. Des buttes de terres sont des postes d'affûts en or pour les oiseaux. Hop hop hop, j'attrape Ruto par l'épaule : Ruto !!! Stop and back slowly please, a Roller on the ground behind the car. J'ai tellement les yeux qui pétillent que Ruto ne peut rien me refuser et je vous l'accorde, il est aussi payé pour ça ^-^. 



Game drive de fin de journée



Troisième game drive pour ce deuxième après-midi. Remis des émotions du matin et après un peu de repos, nous nous installons dans le 4x4 pour faire un petit point avec Ruto. Le temps de sortie étant plus court que le matin, nous décidons de ne pas trop nous éloigner. Je lui parle de l'African Green pigeon, le Colombard à front nu pour être exact. Il existe un arbre, un seul dans la forêt du Masaï Mara où on peut les rencontrer. Ruto connait parfaitement cet arbre bien sûr. Alors voilà, c'est décidé nous partons pour la forêt.





Retour au camp, les oiseaux sont là.




Les oiseaux sont toujours là, quoi qu'il en soit.
Nous voilà de retour au camp après une matinée bien chargée. Les batteries sont en charge dans la salle de presse, la bière locale est avalée, le repas également. Le RDV est fixé avec Ruto. Nous partons nous reposer dans la tente. Enfin presque. Je vous avais avertis : les oiseaux sont toujours là ! Alors juste avant d'aller sous la tente, un arrêt autour des arbres du camp se fait presque obligatoire.




Le repos des oiseaux aux marais



La matinée fut bien remplie et la chaleur devient étouffante. Forcément, rentrer au camp ne nous dit pas plus que ça, mais nous savons que se reposer trois heures avant de repartir pour le même rythme est nécessaire. Même si les photos et articles défilent, nous ne sommes qu'au deuxième game drive de la semaine, autrement dit deuxième jour seulement au Masai Mara. Ruto, qui lui ne fait que conduire, même si l'ambiance est détendue et chaleureuse, a encore plus besoin de repos que nous. Mais comme il est gentil notre Ruto ! ... Juste avant de rentrer il nous fait le cadeau de repasser sur les marais. Formidable.





Girafes et éléphants, les géants de la savane africaine.


Des babouins à peine nés mesurant 25cm et ne pesant pas plus d'1,5 kilo aux mastodontes mesurant 4 mètres avec un poids allant jusqu'à 7 tonnes, le fossé est immense. Mais petits ou grands la fascination que l'on porte en nous pour ces beautés sauvages est la même. Pourquoi un petit animal serait moins passionnant qu'un gigantesque ? 







La vie des primates.


Les Baboon ont une vie assez tranquille au milieu de la savane. Manger, jouer, se reproduire pour que perdure l'espèce, s'affronter, se réconcilier. Bref, c'est cool. Une alerte et tout le monde se réfugie dans les arbres hauts de la savane, à cet endroit seuls les rapaces les plus agiles peuvent venir s'attaquer aux jeunes encore maladroits dans les arbres. Mais la nature possède ses dures lois et parfois les adultes trépassent.






Herbivores en rut ou aux aguets




Nous avons enfin quitté le marais après avoir admiré et photographié les couleurs explosives et intenses de nos chers amis ailés. Celles que nous retrouvons par la suite sont plus douces et plus neutres et se confondent avec l'herbe jaune de la savane ...  pour certains jeunes en tout cas. 





En quittant le marais, petits ou grands, il y a de la couleur



Le petit-déjeuner bien au chaud dans nos estomacs et les photos en boite, nous remontons dans le 4x4 vers de nouvelles découvertes. Pour tout vous dire, un Buzard des roseaux est passé au-dessus de nous et tout le monde a filé. C'est la bonne excuse pour quitter les lieux, nous y passerions des heures, mais il y a tant à découvrir et Ruto a bien sûr pour objectif de nous en montrer un maximum. Mais parfois, le destin décide de la jouer autrement. À peine le ronron du moteur redémarre, nous n'avons pas d'autres choix que de ressortir à nouveau nos boitiers ! 




RDV avec un oiseau français : Tichodroma muraria




Oiseau français car photographié en France cette semaine, mais bien sûr il n'est pas exclusivement français. Nous avions RDV avec lui comme l'année dernière. Un petit coup d'œil sur la météo et c'est parti. Nous ne sommes pas trop inquiets quant au fait : sera-t-il là ? Il est là c'est quasiment du sûr.




La suite de la vie sur le marais Masaï


Le petit-dej est presque avalé. Nous en avons profité pour découvrir notre Ruto, sa vie en famille au Kenya, son job chez Tony Crocetta etc. Nous lui parlons de notre refuge et des voyages que nous avons déjà fait autour de l'océan Indien. Tous ces échanges sont passionnants... mais les oiseaux aussi et ils arrivent en masse ! Il nous fait signe de la main d'y aller. S'éloigner du 4x4 est quand même impressionnant sachant où nous sommes. Mais une fois avec les oiseaux, derrière les herbes, on oublie vite que nous sommes au pays des lions (qui ne sont pas dans ce coin rassurez-vous ^^). 




Jacana à poitrine dorée Actophilornis africanus African Jacana. .... Il savait !


Et oui, il savait bien que nous étions très attirés par les Jacanas à poitrine dorée notre Ruto, encore plus depuis qu'on avait échangé quelques mots sur cet oiseau ravissant et aux mœurs atypiques. Je lui ai fait part du texte que j'avais écrit sur l'espèce, il en était tout content. 

Voici d'ailleurs la fiche que j'ai rédigée avant d'aller au Kenya, une bonne façon d'entrer dans la vie de l'oiseau avant sa rencontre et le volume 3 de Handbook of the Birds of the World m'a gâtée.



Les voilà les plumes des marais.



Remis de nos émotions, enfin presque,  nous pouvons saisir nos appareils et faire quelques photos pendant que Ruto installe le tissu masaï sur le capot qui fera office de table pour le petit-déjeuner. Il faut dire que la faim se fait vite oublier dans ces conditions. Le soleil est là où il faut, les oiseaux à quelques mètres de nous, qui sommes bien cachés derrière les herbes hautes entourant le marais. Une fois bien postés, on attend, ils arrivent tous devant nous comme si nous étions devenus transparents. 





En plein marais du Masaï Mara


Gros oiseaux, petits oiseaux, grandes ou petites pattes, bec rouge ou noir, les quelques mètres qui nous séparaient des marais nous ont offert de merveilleuses espèces. Si peu de distances pour tant de variétés, on a encore du mal à y croire. Ruto est ravi de nous voir si contents et encore plus en arrivant sur la zone marécageuse car il sait ! Mais que sait-il ? Patience ;-) Connaissant parfaitement le marais de sa savane, il sait aussi où passer avec le 4x4 hors saison des pluies. Un endroit rempli d'oiseaux pendant les pluies et par conséquent inaccessible. Alors poser le 4x4 juste à côté du marécage à la fin de la saison sèche et pouvoir fouler pour la première fois le sol de la savane africaine hors du camp de brousse, c'est .....



Quelques vœux



Difficile de choisir LA photo de circonstance. Je voulais essayer de faire sans les oiseaux cette année, piocher une photo originale de la savane. Le choix étant trop compliqué j'ai choisi la simplicité mélangée aux couleurs de la Rift Valley.