Photographes Nathalie et Jean-Claude Tichit. Les photos publiées sur ce site sont soumises aux droits d'auteurs et ne sont pas LIBRES DE DROIT. Pour nous contacter : nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Le lac Ziway


Au sud d’Addis-Abeba, niché à 1 846 mètres d’altitude, le lac Ziway fait partie des lacs de la vallée du grand Rift. 
Avec ses 424 km², le lac Ziway est le plus grand des cinq lacs de la vallée supérieure du Rift. Les rives riches en poissons accueillent une faune ornithologique très variée. Marabouts, pélicans,  multitude d'oiseaux d'eau et bétails se partagent les lieux.


16h30 : 5 minutes de 4x4 depuis notre petit hôtel et nous voilà au bord du lac Ziway. Les marabouts et pélicans sont un peu les gardiens des lieux et fidèles "amis" des habitants. Si les déchets plastiques fleurissent comme du chiendent sur les bords du lac, les déchets de poissons finissent vite dans les gosiers de ces grands oiseaux. L'arrivée des pêcheurs au petit matin ne met pas forcément tout le monde d'accord mais tous y trouvent leur compte. Au milieu de tout ce petit monde à deux pattes, vaches, zébus et ânes trouvent aisément leur place.


C'est le nombre de pélicans qui, immédiatement arrivés sur les lieux, nous laisse bouche bée ! Du jamais vu. Si ce n'est pas dans votre habitude, cliquer sur la photo suivante est presque obligatoire ;-) Vous pouvez aussi zoomer votre écran à 160 % pour avoir les photos au format d’origine.


Non, la pelle de cet homme n'est pas pour les marabouts ^^. Ils sont bien trop utiles pour nettoyer les rives du lac et ces villageois le savent bien. 


La baisse des eaux du lac, pourtant le plus grand des 5 de la région, est significative et alarmante. Sa profondeur atteint péniblement les 4 mètres. En s'écartant un peu des bords, nous découvrons une grande prairie à sec. Il n'a pas plu depuis 6 mois. Seules quelques roselières nous indiquent que l'eau est encore présente par endroits.



En Éthiopie, la vie passe ses journées avec la mort. Cela ne choque pas les habitants... ni personne d'autre.




Malheureusement qui dit lacs, dit aussi serres pour l'horticulture. L'Éthiopie est, elle aussi, touchée par l'industrie des fleurs comme au Kenya. Les impacts négatifs sont les mêmes sur la qualité de l'eau et sur son assèchement, sur les riverains et employés et sur l'équilibre de la biodiversité.

Ce sont bien évidemment les serres que l'on peut voir en arrière plan de la photo qui suit.




Panoramique du lac sur laquelle vous pouvez cliquer.



Commentaires

  1. bonjour Nath
    très belles photos de cette journée et quel nombre impressionnant de pélicans et marabouts !
    les arbres sont magnifiques . ça fait drôle cette carcasse à côté de la vache .
    l'avant dernière photo me plait beaucoup .

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Nath,

    Une vie bien différente de la notre. L'industrialisation touche vraiment les endroits les plus reculés. Très étonnant cet homme au milieu des oiseaux, une proximité au top! :-)
    Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. cela ne durera qu'un temps, le tourisme est de plus en plus développé si j'en juge par la proximité de ton hotel du lac ainsi que les cabanes d'observations sur le lac, les serres sont gourmandes également en eau, la pluie se fait rare et un jour ... on pleurera tout ce que l'on a perdu , c'est quand même malheureux de ne pas avoir d'autres solutions pour que les autochtones arrivent à vivre sur leur territoire sans qu'on vienne les piller . L'eau est un bien précieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu de gens pleurent ce qu'ils perdent. Il suffit de regarder chez nous ou sur les autres continents dits modernes. Ceux qui pleurent n'ont pas encore l'impact qu'il faudrait pour lutter contre les gros. Il y aurait des solutions mais l'Afrique est trop corrompue et l'arrivée massive des entreprises chinoises ne fait qu'augmenter ce triste sort.
      L'Éthiopie est très en retard sur le tourisme. Aucun Européen n'est passé et surtout resté assez longtemps dans ce pays pour imposer quelques chose. Alors ils font comme ils ont toujours fait. Mais ça vient doucement à leur échelle.

      Supprimer
  4. Coucou Nath,
    Hummmm déjà "Addis-Abeba", déjà un nom qui me fait rêver ;-)
    J'ai aimé toute cette série de vie intense, et la mort en fait partie tout comme la naissance, sauf que chez nous, la vieillesse est devenue presque méprisable et la mort doit être cachée.
    Dans cette partie du monde, la culture est bien différente, déjà, on ne fait pas de jeunisme et on respecte les anciens pour leurs acquis car ce sont eux qui transmettent le savoir ;-)
    L'industrie des fleurs, c'est comme d'autres cultures... sidérant, d'autant que les habitants de la région, les fleurs coupées hein, ils s'en battent les rotules. Tout ça pour les faire venir chez nous par containers entiers et nous les offrir pour la Saint-Valentin ou avoir un petit bouquet de fleurs coupées sur notre table de salle à manger ;-( Moi qui déteste les fleurs coupées, tu dois te douter de ce que je pense de ce commerce débile qui de surcroît donnent certes du "travail" enfin, ce n'est pas le mot juste à mon sens, mais affame aussi une population tout en la polluant à qui mieux mieux.
    Bon bref, je reviens sur ces photos avec Marabouts, Pélicans, Vaches... et je souris.
    Gros bisous et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale,
      La reine de Saba n'est pas bien loin ;-)
      Chez moi aussi les fleurs sont dehors. Il n'y a que les graminées sèches qui finissent en déco parfois.
      Gros bisous et bonne journée.

      Supprimer
  5. Ouais.... ça laisse songeur...
    Mais il y a trop de facteurs en cause pour juger, en tout cas en ce qui concerne la population.
    Et pour ce qui est des serres, il faudrait créer un tollé sur les réseaux sociaux pour que les européens n'aient plus envie d'acheter ces fleurs....
    Beau reportage ma oiselle, et si tu veux revoir encore autant de pélicans ensemble, c'est en Australie dans les villages de pêcheurs!!!
    Grosses bises et belle semaine
    PS: suis au Teich la semaine prochaine.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut surtout pas blâmer les populations locales qui occupent les emplois qu'on veut bien leur donner mais surtout qui n'ont aucun poids contre les nouveaux envahisseurs comme les Chinois qui leur volent tout à commencer par leur terres !!!
      Mais oui tu as raison, on ne parle pas assez de ces fleurs en négatif ! Beaucoup de monde ferme les yeux parce que ce doit être ringard de penser autrement ?! Et on sait jusqu'à quel point l'homme moderne peut être débile et égoïste.
      Ok pour le Teich, je vois ça.

      Supprimer
  6. Coucou Nath ce n'est pas souvent que je vois des marabouts.. tout ce petit monde a l'air de cohabiter gentiment. C'est effrayant de voir combien l'eau recule et nous conduira progressivement vers un assèchement complet. Quant aux fleurs coupées j'ai horreur de çà, je ne les ceuille déjà pas dans mon jardin alors!!!! super photo panoramique et de belles photos d'arbres.
    Bon début de semaine et bises tout plein
    chatou

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Nath,
    Ohh ! les beaux pélicans, quel bonheur d'en voir autant !
    La première photo est superbe ainsi que les 5, 6, 10 et 11.
    Pour ce qui est du pillage des ressources en Afrique, je suis à 150% d'accord avec toi. Je ne vais pas m'étendre plus, mais la France en a aussi bien profité et si elle est encore présente dans certains pays, ce n'est pas pour rien.
    Merci pour cette série, j'aime beaucoup voir les scènes de vie qui me rappellent de bons souvenirs. Bravo pour le panorama ;)
    Bonne fin de journée, bises.

    RépondreSupprimer
  8. saisissantes ces images... et inquiétantes aussi... bonne soirée bizzz

    RépondreSupprimer
  9. Ah oui, c'est effectivement impressionnant cette quantité de Pélicans !!!
    Et ces serres ... bon, tout est déjà dit à ce propos.
    Impressionnant aussi la cohabitation de la vache avec le squelette. C'est sûr que ça n'a rien à voir avec nos coutumes bien "rangées" !
    Bises à tous les deux et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  10. Salut Nath,
    De jolis scènes de vie ... et de mort.
    On se trouve transportés dans ton billet.
    C'est fort.
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  11. coucou Nathalie

    une petit passage pour te dire bonjour sur cette faune à profusion, c'est impressionnant entre marabouts, pélicans..... je profite car les journées sont très chargés avec tous mes RDV médicaux, mais pour l'instant, ça va ...!

    je vais faire un copier-coller pour les collègues des blogs donc pas d'étonnement sur le texte LOL !!!

    passe une bonne journée, bises, maurice

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Nath ! Quel dépaysement cette série d'images superbes sur les pélicans, les marabouts, autant d'oiseaux qui ne courent pas les rues dans nos contrées ! Bravo au photographe Jean-Claude... J'apprécie aussi beaucoup les beaux arbres et la belle vue panoramique... Merci pour cette balade lointaine... Bonne semaine à vous deux et merci Nath pour ta visite, à bientôt, bises de shuki

    RépondreSupprimer
  13. dernièrement, j'ai appris que la poche gutturale était là pour impressionner l'ennemi, mais aussi était une régulation de la température

    RépondreSupprimer
  14. On est loin de la modernité de notre europe ! ici l'aspect "sauvage" dans le respect des animaux et des hommes est bien présent, j'aime voir tout ce petit monde réunis. Un régal pour les photos aussi. Merci Nath, bise.

    RépondreSupprimer
  15. Hi Nathalie,
    So sad to see these enormous poly tunnels, but wonderful to see so many pelicans.
    Super post but with a mixture of sadness and pleasure to see.
    Also wonderful to see the marabou.
    All the best, John

    RépondreSupprimer
  16. Dearest Nathalie,
    What a MASS of pelicans indeed, especially when seeing your photos at original size. Oh my, money is the root of all evil in this world! So sad and when will it ever change?!
    Lovely photos even with mixed emotions for you being there and observing these alarming water shortages.
    Hugs,
    Mariette

    RépondreSupprimer
  17. Un changement radical avec nos régions, la vie est rude là-bas, mais ici sous la pluie je trouve que c'est triste et moche, j'en suis saturée...
    Et c'est très beau en tout cas
    Bises Nath

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés du mois