Photographes Nathalie et Jean-Claude Tichit. Les photos publiées sur ce site sont soumises aux droits d'auteurs. Pour nous contacter : nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Premières heures dans le Parc National de Balé, au milieu du plateau de Sanetti.


Nous n'avons jamais été aussi près des 4300 mètres. Après un bon petit-déjeuner (indispensable avant de grimper) nous touchons du doigt nos espoirs de rencontrer la faune afro-alpine des lieux. Petite ou grande, nous connaissons ses habitants, en revanche nous ne savons pas qui nous allons y rencontrer.



- Parce que la faune et la flore de ces montagnes sont indissociables, je vais, exceptionnellement et pour les quelques articles à suivre, publier les animaux au milieu de leur environnement -

Avant même de grimper, nous passons une petite zone habitée. Il n'y a peut-être qu'une seule famille à cet endroit mais la pression humaine est bien présente et le sera encore plus en altitude. Au milieu des huttes de terre et du jardin cultivé, les premières rencontres sont plutôt sympathiques, surtout une.

Notre petit Traquet afroalpin est déjà présent, ces terres sont les siennes, aucun doute là-dessus. C'est une espèce qui nous accompagnera sur toute la journée, se montrant même très familière.

TRAQUET ALFROALPIN   -   PINAROCHROA SORDIDA
MOORLAND CHAT






Un gros +1 sur notre carnet s'ajoute. Au même endroit,  un râle bien de là-bas, strictement endémique de l'Éthiopie. Le Râle de Rouget. Mais qu'est-ce-qu'il va vite !!!

râle de rouget -   rougetius rougetii
rouget's rail



La montée débute. Pour le moment le 4x4 nous porte mais chaque montée et descente de la voiture  se fait vite ressentir surtout si on essaie de garder le même rythme qu'en bas. Il va falloir ralentir sérieusement la cadence pour ne pas vaciller.

 Panorama à regarder en grand format

Le plateau de Sanetti est accessible en véhicule par une piste unique qui traverse le parc national. Les paysages y sont pelés et lunaires, la diversité végétale très faible en raison de l'altitude. On y trouve essentiellement des pieds d'Hélichrysums, formant de jolis tapis blancs au milieu de landes de bruyères et de lychens ainsi que l'une des espèces végétales les plus remarquables : la Lobélie géante Lobelia rhynchopetalum que l'on trouve entre 3 100 m et 4 377 m et qui peut atteindre une hauteur maximale de 6 m. Cette plante est endémique des montagnes d’Éthiopie.



 Hélichrysums

Lobelia rhynchopetalum

Bien droites et bien hautes, des lobélies en fin de floraison


Au milieu de tout ça les rencontres commencent. Revoilà le Merle Litsitsirupa.

merle litsitsirupa   -   turdus litsitsirupa 
groundscraper thrush



Bien trop loin sur la roche, une Buse augure de morphe blanc, l'original quoi. Ça mérite bien un cliché même de loin.

buse augure   -   buteo augur
augur buzzard


À pieds, nous continuons d'avancer tranquillement. Maintenant il n'y a pas de doute, faire les malins et cavaler comme des lapins est impossible. Alors pour les personnes qui s'imaginent que manger en voyage c'est du temps de perdu, je leur réponds qu'elles n'iraient pas loin à 4300 m ;-)).



Et finalement aller doucement, ça a du bon car nous tombons sur notre premier groupe de Nyala de montagne. À cet endroit pas de voiture, nous sommes à pieds et vite repérables par la faune locale. Il s'agit d'un groupe de femelles, de jeunes et d'un mâle immature encore au sein du groupe. Les mâles adultes vivent en solitaire en dehors de la saison de reproduction.


Espèce d'antilope, le Nyala de montagne est une espèce endémique des hauts plateaux d’Éthiopie, au Sud-Est de la vallée du Rift. Actuellement, la principale zone de distribution est le Parc National des Montagnes de Balé et les escarpements orientaux du massif de Balé. Il se rencontre à des altitudes de 1 800 à 3 400 m, mais est plus abondant entre 2 400 et 3 200 m. Il vit dans les forêts, les maquis, les landes et les franges de montagne.


Les principales menaces pour le Nyala de montagne sont la destruction des forêts de montagne et des landes, l’empiétement du bétail sur les pâturage, l'expansion de l'agriculture à haute altitude, les routes, le harcèlement par les chiens et la chasse illégale ou organisée : Voir ici JP Bernon Safaris un site de safari pour chasse. Comme quoi les actions des défenseurs de la nature (je pense bien sûr à Biniyam Admassuservent au moins à assouvir les plaisir malsains et pervers de certains pourris, que j'aimerai définir autrement, vivant sur terre et pas qu'en France ! 



Nous laissons les Nyalas derrière nous et poursuivons notre ascension.



  Panorama à regarder en grand format

Il est agréable de passer par endroit à côté de petits points d'eau. Les paysages y sont très beaux.




Et sont occupés par les adorables petites Ouettes à ailes bleues. Presque invisibles à nos yeux, notre arrivée les poussent à s'éloigner, elles se fondent dans leur environnement.

ouette à ailes bleues - cyanochen cyanoptera
 blue-winged goose




Bienvenue dans le Bale Mountains National Park




Commentaires

  1. Coucou Nath,
    J'adore ce Traquet Afroalpin avec son oeil "maquillé', il est super joli.
    La Râle de rouget est splendide aussi, on voit bien la ressemblance en dehors des teintes avec son cousin d'ici.
    Les paysages son surprenants, je ne m'attendais pas à voir cela à cette altitude.
    Très beau le Merle avec son ventre tout tacheté, puis la Buse, les Antilopes et cette superbe Ouette que j'ai photographiée, mais en parc.
    Tu nous a fait un sacré article, il a fallu que je fasse plusieurs voyage pour tout intégrer hihihi ;-)
    Merci pour ce moment de voyage virtuel.
    Gros bisous à vous deux et belle fin de soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascale,
      Fais toi plaiz, c'est gratuit et offert de bon cœur ;-).
      Gros bisous et bonne journée.

      Supprimer
  2. Coucou Nath,
    J'imagine que pour les habitants de ces endroits déserts, ce doit être exceptionnel de rencontrer des touristes.
    Les paysages et la flore sont splendides. Ces points d'eau sont des miracles de la nature.
    On ne pense pas que la vie puisse exister dans ce milieu aride et pourtant, des animaux y vivent.
    J'aime beaucoup vos images, cela aurait été dommage de ne pas montrer l'environnement.
    Tu ne m'en voudras pas de ne pas aller voir ton lien sur les safaris, je viens de manger et je risquerais d'avoir la nausée.
    La buse augure est magnifique ;)
    Bonne soirée à vous deux, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Katia,
      Pas tant que ça. Ce plateau d'altitude est renommé chez les photographes animaliers pour la faune endémique qui y vit et quelques autres touristes passent, mais c'est si grand qu'on n'y croise personne de la journée.
      Je n'oblige à rien et surtout pas à aller voir ces trophées, mais il faut savoir que cela existe et que ce n'est pas normal ! Je voudrai leur arracher les tripes à ces gens là !
      Bisous.

      Supprimer
  3. Hi Nathalie,
    Super and varied post with a mixture of landscape and birds,
    The Nyala are an antelope I have never seen. appear to be a beautiful creature.
    The Augur Buzzard is a real beauty.
    Super set of images.
    All the best, John

    RépondreSupprimer
  4. I am mesmerized. Great photos.

    RépondreSupprimer
  5. Absolutely stunning Nath and Jean-Claude. My Favourite is the Rouget's Rail.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Nath,

    Super article, et j'apprécie justement que tu mêles les paysages aux animaux ce qui nous permet de situer leur cadre de vie. Les oiseaux rencontrés sont vraiment beaux et les lieux ou ils vivent, même si cela semble lunaire, je trouve malgré tout beaucoup de charme à l'endroit. Ces petits points d'eau semblent des oasis au milieu du désert.
    Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. Quel bel article Nath ! on te suit pas à pas mais en respirant mieux que toi je pense.
    Incroyable toute cette richesse à cette altitude, j'en reviens pas
    c'était un bel homme Biniyam et véritablement engagé,
    comment de tels organismes de chasse peuvent exister encore à notre époque quand on sait qu'on a détruit et meme fait disparaitre des espèces sur notre planète ... quelle tristesse mais quelle tristesse

    RépondreSupprimer
  8. Coucou Nath, 4300 m j'en ai du mal à respirer pour vous... mais quel récompense de faire toutes ces rencontres et voir ces paysages fantastiques. Superbes les panoramas.
    Les points d'eau sont magnifique. La lobélie géante est impressionnante et j'aime les tapis d'Hélicrysums. Quant aux Nyalas, je n'arrive pas à croire que l'on puisse organiser des voyages organisés pour le chasser... je mettrai bien ces gens là au pilori et je n'ai pas honte de le dire. Grâce à toi nous retrouvons nos deux familiers (nous allons devenir des connaisseurs) et le Râle de Rouget (est-il noble ? lol) est un sprinter...
    Merci pour ce bel article Nath.
    Belle soirée et bises tout plein
    chatou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Chatou.
      Je te donnerai sans problème un coup de main et plutôt deux fois qu'une.
      Bises et bonne soirée à toi.

      Supprimer
  9. Oh cela a dû être une sacré découverte ces très hautes terres!
    Pas de libellules dans les points d'eau??
    Les Nyalas sont peu ou pas rayés contrairement à ceux de l'Afrique australe.
    Le merle ressemble une grive!
    Le râle est particulier mais superbe et que dire de ces somptueux paysages...
    Un régal votre série :)
    Grosses à vous deux et je vous espère au soleil... Ici il pleut encore comme vache qui pisse :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a essuyé un bel orage cette nuit et cet aprem.
      Pour les libellules sur le plateau, j'en ai croisé une mais ça fait longtemps qu'on a décroché les odonates.
      la bise chez toi avec du soleil.

      Supprimer
  10. I remember this area so well, Nathalie. Rouget’s Rail is certainly one of the most confiding and easy to observe of all the rails in the world.

    RépondreSupprimer
  11. Philippe Debiève13/6/18

    C'est Beau là Haut ! j'espère que vous n'avez pas été malade en cette altitude... l'ascension se mérite mais le spectacle est magnifique tant en couleurs que par les espèces nouvellement découvertes... un régal à mes yeux, à bientôt Nathalie.

    RépondreSupprimer
  12. je fais toujours des découvertes chez toi… un vrai plaisir… bonne journée

    RépondreSupprimer
  13. Dearest Nathalie,
    You were almost on top of the world and what a majestic view you show in the panorama pictures. Glad you managed and endured the climb to the top and you show us some beautiful bird shots! Love the Groundscraper thrush, standing so proud.
    Hugs,
    Mariette

    RépondreSupprimer
  14. Salut Nath,
    Super cette série avec l'environnement que je trouve surprenant à 4300 m.
    Merci pour la découverte.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Nath,
    Il est rassurant de voir qu'à cette altitude et dans ces zones désertiques, il y ait des points d'eau !
    Ah si seulement l'homme était totalement absent de ces lieux ( je parle des chasseurs bien sûr ) les animaux pourraient y vivre en paix, en totale cohabitation.
    J'ai fait défiler ta série et je découvre autant les oiseaux, les antilopes que les paysages et les fleurs avec un plaisir certain, je craque pour la buse augure !
    Bises et bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Martine,
      L'homme tout simplement moi je dirai car parfois, monsieur tout le monde fait aussi beaucoup de mal. Soit il ne sait pas, soit la nature le dérange, soit il s'en fiche ! Au bout de ces trois possibilités, il détruit quand même.
      Bonne soirée et merci.
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés du mois